image «Il existe des débouchés dans l’auto-emploi comme dans l’emploi salarié pour l’opticien»

Franck André Touré


Opticien, Gérant des Cabinets d’opticien VISEO

«Il existe des débouchés dans l’auto-emploi comme dans l’emploi salarié pour l’opticien»

«Il existe des débouchés dans l’auto-emploi comme dans l’emploi salarié pour l’opticien»

Diplomé en optique en 1994, titulaire d’une maîtrise en optométrie en 1996, Franck André Touré exerce depuis plus d’une vingtaine d’années dans le domaine de la correction visuelle. Depuis 2009, il gère les centres VISEO au nombre de trois (3). « Nous sommes spécialisés dans le conseil et la commercialisation d’équipements optiques, nous avons également des services dans le domaine de l’optométrie, c’est-à-dire tout ce qui concerne l’évaluation de la santé visuelle et le traitement des disfonctionnements en dehors de tout ce qui est pathologie », précise-t-il. Président également du Conseil Supérieur des Métiers de l’Optique, l’association des professionnels de l’optique et de l’optométrie de Côte d’Ivoire, il parle d’un métier « passionnant et pluridisciplinaire ».

Depuis 2009, Franck André Touré gère les centres VISEO au nombre de trois (3). « Nous sommes spécialisés dans le conseil et la commercialisation d’équipements optiques, nous avons également des services dans le domaine de l’optométrie, c’est-à-dire tout ce qui concerne l’évaluation de la santé visuelle et le traitement des disfonctionnements en dehors de tout ce qui est pathologie », précise-t-il. Président du Conseil Supérieur des Métiers de l’Optique, l’association des professionnels de l’optique et de l’optométrie de Côte d’Ivoire, il parle d’un métier « passionnant et pluridisciplinaire ».

L’optométrie est une discipline que l’on développe après avoir été opticien et qui consiste à examiner et à évaluer la fonction visuelle afin d’établir le meilleur des protocoles pour résoudre le défaut visuel.

Le parcours de l’opticien

« L ’opticien est un spécialiste, un technicien dont le rôle est de conseiller à un patient le meilleur équipement optique par rapport à son défaut visuel. Par équipement optique, il faut entendre lunettes notamment la monture et les verres, les lentilles de contact…
Pour être opticien, il faut être titulaire d’un BAC + 2 ou + 3 en règle générale (en fonction des pays ou des sensibilités), ensuite on embrasse une spécialité qui est de l’ordre de la vision donc l’optométrie. L’optométrie est une discipline que l’on développe après avoir été opticien et qui consiste à examiner et à évaluer la fonction visuelle afin d’établir le meilleur des protocoles pour résoudre le défaut visuel. »

La grande majorité des opticiens de Côte d’Ivoire est issue de l’école d’optique du Groupe Loko après un BTS pour être opticien de métier, une école qui date seulement de 2000. Avant cette date, les opticiens ivoiriens allaient se former à l’étranger, notamment en France, Belgique et Grande-Bretagne…

Evolution du métier en Côte d’ivoire

« La première vague d’opticiens ivoiriens à s’être installé en Côte d’Ivoire date de la fin des années 1990. D’ailleurs, la grande majorité des opticiens de Côte d’Ivoire est issue de l’école d’optique du Groupe Loko après un BTS pour être opticien de métier, une école qui date seulement de 2000. Avant cette date, les opticiens ivoiriens allaient se former à l’étranger, notamment en France, Belgique et Grande-Bretagne…De plus, la tranche d’âge, se situe pour les plus anciens entre 40 et 45 ans pendant que les plus jeunes ont entre 25 et 30 ans. Ce qui fait du métier d’opticien l’un des plus jeunes en Côte d’Ivoire. »

C’est un métier qui a l’avantage de toucher à différents domaines: gestion d’une entreprise ; gestion des hommes ; compétence paramédicale et technique… C’est un métier pluridisciplinaire.

Les qualités requises pour être un bon opticien

« A la base, c’est d’abord un diplômé qui requiert des connaissances scientifiques assez importantes et précises. La logique voudrait donc que ce soit des BAC scientifiques qui s’orientent vers ce secteur mais comme dans toutes règles, il existe des exceptions. Il ne serait donc pas surprenant d’avoir des BAC littéraires s’orienter vers ce secteur.
C’est aussi un métier qui requiert beaucoup de psychologie ; connaître la personne en face de soi pour placer les bons mots au bon moment.
Il faut avoir également une grande ouverture d’esprit et avoir de la personnalité, car c’est un métier qui requiert un contact humain particulier.
C’est enfin un métier qui fait appel à des qualités de commercial afin de pouvoir vendre ses produits. »

Les débouchés

« Il existe des débouchés dans l’auto-emploi comme dans l’emploi salarié. C’est un métier qui peut faire vivre n’importe qui dans l’auto-emploi comme dans l’emploi salarié.»

Un conseil

« C’est un métier qui a l’avantage de toucher à différents domaines: gestion d’une entreprise ; gestion des hommes ; compétence paramédicale et technique… C’est un métier pluridisciplinaire. Ensuite, je dirais qu’en toute chose, il faut rechercher l’excellence. L’opticien est un métier valorisant à condition que vous cherchiez à l’exercer de manière pleine et entière. ».

CARTON JAUNE

« C’est un métier qui devient de plus en plus informel et qui tend à se paupériser. La qualité de l’offre aussi bien des produits que de l’emploi s’en trouve donc négativement impactée. Nous sommes dans un contexte africain où nous aimons prendre des raccourcis. De sorte qu’il se trouve des personnes qui exercent de manière illégale la profession d’opticien. C’est cela le hic dans cette profession. »

B.B