65 cas d’incendie des marchés en Côte d’Ivoire de 1987 à 2017 : le point par ville

65 cas d’incendie des marchés en Côte d’Ivoire de 1987 à 2017 : le point par ville

Les flammes ont ravagé les marchés ivoiriens 65 fois de 1987 à 2017. Un article publié par la Diplomatique d’Abidjan en date du 21 octobre 2017, s’appuyant sur une étude menée par la Fédération nationale des acteurs du commerce de Côte d’Ivoire (FENAC-CI), fait le point sur ces sinistres devenus trop récurrents sur nos marchés.

Selon cette étude publiée en mai 2016, 34 cas d’incendie de marché ont été enregistrés à l’intérieur du pays contre 31 dans le District d’Abidjan. La seule commune d’Adjamé dans ledit district a connu 12 cas d’incendies de marchés dont le premier a eu lieu le 28 novembre 1990 alors que le dernier date du 22 juin 2017.

La commune de Yopougon suit avec 5 cas d’incendies. Le premier a été enregistré le 30 avril 1997 et le dernier en date le 20 mars 2013. A Abobo 4 cas d’incendies (le premier le 31 décembre 2014-le dernier 17 septembre 2017). La commune de Cocody (3 cas : le premier en avril 1998-le dernier le 25 décembre 2013). 2 cas pour Treichville et la ville balnéaire de Grand-Bassam. Et 1 cas respectivement pour les communes du Plateau (le 7 juillet 2001), Attecoubé (le 2 mars 1998) et Koumassi (le 4 février 2010) durant cette période, écrit notre confrère de La Diplomatique.

A l’intérieur du pays, la commune d’Abengourou arrive en tête avec 4 incendies enregistrés. Le premier s’est déclaré en juillet 2005 et le dernier en date le 7 janvier 2017. Bouaké, la deuxième grande ville du pays, Yamoussoukro, la capitale politique, les villes de Daloa, Man et Gagnoa arrivent en deuxième position avec 3 cas d’incendies chacun. Tandis que Korhogo, Tanda, Agboville et Divo ont connu 2 cas d’incendies. Les villes de Ferkéssedougou(14 avril 2016), Duekoué (1 avril 2009), Bangolo(19 mars 2016), Djegonefla ( 3 avril 2016), San-Pédro(17 février 1999), Alépé(17 février 2017) et Sinfra(20 septembre 2017) ont enregistré un cas d’incendie de marchés sur cette période, revèle l’étude.

Marius Tanoh