Bâtiment, travaux publics et activités connexes en Côte d'Ivoire : un secteur qui bouge

Bâtiment, travaux publics et activités connexes en Côte d'Ivoire : un secteur qui bouge

Les BTP en Côte d’Ivoire connaissent une belle saison. Les murs rectilignes et gris qui sortent de terre comme par enchantement à Abidjan et ses banlieues ! la réhabilitation de bâtiments publics d’envergure comme l’Université Felix Houphouët-Boigny de Cocody, et celle en cours de la baie de Cocody ; la construction de ponts, de routes et leur entretien ; le reprofilage de pistes villageoises ; la construction de barrages hydro-électriques et thermiques, de travées d’adduction en eau potable ; le renforcement de domaines portuaires et aéroportuaires, a consacré le retour au premier plan d’un secteur frappé de plein fouet par la crise et miné par de profondes disparités.

Le foisonnement d’acteurs est un autre signe que le secteur est plein de promesse. A côtés des multinationales françaises, chinoises, turques, maghrébines, etc. et de quelques champions nationaux, fourmillent de nombreuses petites entreprises locales, avec une forte prédominance informelle.

Les professionnels des BTP ont sans conteste contribué à la relance économique post-crise, assurant à ce secteur une place de choix dans l’économie nationale. Ainsi, les BTP contribuaient-ils entre 1,7% et 2,4% au Produit intérieur brut (PIB) ivoirien entre 2010 et 2014 (Source : Direction Générale de l’Economie) et affichait-il à fin mars 2015 une croissance de +22,7%.


Selon Philippe EPONON, Président du Groupement Ivoirien du Bâtiment et des Travaux Publics (GIBTP) regroupant les professionnels du secteur, le chiffre d’affaires cumulé des entreprises du groupement se situait à 2.100 milliards de francs CFA de 2011 à 2014. (Source : Spécial BTP, Fraternité Matin). Avec un impact indéniable sur l’économie nationale, le BTP absorbe quantité de travailleurs et constitue un vivier important de professionnels.

Rédaction