Bricoleur de génie : Il fabrique des avions, des bulldozers et des voitures décapotables électriques

Bricoleur de génie : Il fabrique des avions, des bulldozers et des voitures décapotables électriques

Apprentis-inventeurs, les jeunes ivoiriens surprennent par leurs talents. Ce n’est pas un hasard si la Côte d’Ivoire se classe au deuxième rang en Afrique au niveau des brevets d’invention et 24ème au niveau des inventions comme il a été déclaré, lors de la 17è journée africaine de la technologie et de la propriété intellectuelle qui s’est tenue à Abidjan en 2016 à l’initiative de la Fédération des inventeurs et innovateurs de Côte d’Ivoire (FEDINCI).

Outre les noms d’inventeurs ivoiriens bien connus sur la toile et qui ont eu des fortunes diverses, comme le regretté Yapi N'Cho Didier, il n’est pas rare que l’on découvre au hasard d’un reportage à l’intérieur du pays des apprentis-inventeurs dont le génie vous laisse pantois. Voitures, motos, avions, bulldozers, chars militaires fabriqués avec des matériaux récupérés et recyclés. L’imagination débordante de ces bricoleurs n’a pas de limite. Illettrés, sans aucune formation en technologie pour la plupart, rien ne semble échapper à leur perspicacité dans les domaines de la mécanique, de la physique et de l’électronique.

Koffi Kouassi âgé de 21 ans est l’un d’eux. Ce natif de Prikro dans le centre de la Côte d’Ivoire est un passionné de bricolage qui fabrique des avions et des bulldozers de diverses tailles pouvant aller jusqu’à deux mètres de long.

« L’avion et le bulldozer que vous voyez sont fabriqués à partir de viellent tôles que je ramasse Ces engins marchent avec des piles de radio que les réparateurs jettent en pensant qu’elles ne peuvent plus servir. Moi je les ramasse et je les rebobine pour mon usage »

Le “Génie de Prikro’’, comme on le surnomme chez lui, n’a jamais pris place à bord d’un avion ni ne s’est approché d’un aéronef de sa vie. Il s’est appuyé sur des images à la télévision ou dans des livres. Il n’est jamais monté sur un bulldozer également. Pourtant les prototypes de ces engins qu’il a présenté dans le stand mis à sa disposition lors du Carnaval de Bouaké en 2017 prouve qu’il connait bien la structure des avions, ne serait-ce qu’en surface, avec un merveilleux sens de l’observation. « Pour le déplacement du bulldozer, j’ai regardé comment les mille pattes font. L’arrière ressemble à un scorpion. Et la machine à l’hydraulique à l’aide de petits moteurs que j’ai installés à l’intérieur ».

Ce jeune apprenti-inventeur qui avoue avoir de nombreuse idée s’est offert le luxe d’une voiture décapotable dans laquelle il roule dans sa ville natale. Le rêve de ce jeune homme est simple : se former dans une école de mécanique pour espérer pouvoir mettre ces talents au service de vrais projets de constructions d’engins : « Je souhaite aussi visiter des usines où on fabrique des machines », espère-t-il.


Rédaction