Enquêtes prémaritales, enquêtes judiciaires, vérification de CV… : Comment les détectives privés opèrent en Côte d’Ivoire

Enquêtes prémaritales, enquêtes judiciaires, vérification de CV… : Comment les détectives privés opèrent en Côte d’Ivoire

Metiersdici.ci vous plonge dans un univers quasi clandestin en Côte d’Ivoire, à la découverte des ‘’enquêteurs de droit privé’’ bien connus sous le nom de détectives privés.

Dans un monde où il devient difficile de se fier aux apparences, où détenir la bonne information sur un individu ou une organisation peut s’avérer crucial, le métier de détectives privés cherche ses marques dans notre pays.

Sur Internet l’on trouve sans trop de peine des adresses de détectives privés opérant en Côte d’Ivoire. Dans l’encoignure des boulevards ou des grands carrefours d’Abidjan, il n’est pas rare de trouver des pancartes flanquées de la mention : ‘’Détective privé’’ portant des numéros de téléphone portable.

« Les gens on recourt à nous pour beaucoup de choses » 

Allure sportive, décontracté, John, appelons-le ainsi, n’a fait aucun mystère de son métier même s’il a choisi de garder l’anonymat. Il explique la profession du détective privé au point de la démystifier et de la faire apparaître sous un jour nouveau.

Des avocats nous sollicitent pour avoir des preuves dans le cadre d’enquêtes et contre enquêtes judiciaires. Les huissiers ont recours à nos services pour faire des constats. Beaucoup de personnes nous sollicitent dans le cadre d’enquêtes prémaritales, afin de savoir si l’homme ou la femme qui doit être marié est une personne fiable.

Diplômé en criminologie, John pratique ce métier depuis 2000. Il dit s’être formé par le biais de cours de correspondance dans des écoles de détectives privés en Europe : « A l’époque, il y avait l’EIDE (Ecole internationale de détectives experts) ; l’UEDH (Union european détective high school ). Maintenant, on trouve plusieurs formations sur Internet ».

Au sujet de la perception que les Ivoiriens ont du métier, il se montre optimiste dans la mesure où de plus en plus il y a de clients : 

« Au départ, les gens ne connaissaient pas le métier de détective privé. Aujourd’hui, il y a des policiers qui envoient des clients vers nous. De plus en plus, les gens on recourt à nous pour beaucoup de choses. Des avocats nous sollicitent pour avoir des preuves dans le cadre d’enquêtes et contre enquêtes judiciaires. Les huissiers ont recours à nos services pour faire des constats. Beaucoup de personnes nous sollicitent dans le cadre d’enquêtes prémaritales, afin de savoir si l’homme ou la femme qui doit être marié est une personne fiable. Nous faisons aussi la vérification de CV. Les entreprises nous sollicitent pour savoir la solvabilité d’un client ou l’identité exacte d’une entreprise avant toute collaboration. Nous intervenons dans le cadre des vols industriels, des détournements de clients, des contrefaçons, du contre-espionnage industriel. Notre expertise porte aussi sur l’authentification de documents qui donnent lieu à des litiges. On aide beaucoup les gens, surtout dans le cadre de la cybercriminalité qui sévit. Nous faisons des enquêtes pour des gens à l’étranger », explique John qui souligne que les sollicitations des clients ont évolué avec le temps.

« Quand nous commencions le métier, les gens nous sollicitaient surtout pour les enquêtes privées. Mais les choses ont beaucoup évolué aujourd’hui. Nous sommes de plus en plus expérimentés. Nous essuyons des échecs de moins en moins », explique-t-il.

Nous ne travaillons pas avec les armes. Ici, c’est comme en Europe où le détective est un enquêteur de droit privé qui a une formation en droit et en criminologie, qui travaille pour le compte de la justice comme agent d’affaires judiciaires. Nous n’intervenons pas dans l’arrestation des criminels.
« La filature, c’est l’essentiel de notre travail » 

L’image qu’on se fait habituellement du détective privé, nourrit par le cinéma américain notamment, n’est pas toujours conforme à la réalité. En Côte d’Ivoire, le détective privé est un homme effacé qui ne porte pas d’armes. « Nous ne travaillons pas avec les armes. Ici, c’est comme en Europe où le détective est un enquêteur de droit privé qui a une formation en droit et en criminologie, qui travaille pour le compte de la justice comme agent d’affaires judiciaires. Nous n’intervenons pas dans l’arrestation des criminels. Si on trouve le repère de quelqu’un qui est recherché, on fait appel à un agent assermenté pour l’arrêter. C’est la même chose pour les constats. Si on trouve la personne, on s’arrête là et ce sont les huissiers qu’on appelle pour faire le constat. La filature, c’est l’essentiel de notre travail », fait-il savoir.

Nos prix sont adaptés à la situation socio-économique du pays. Si la mission est simple comme dans les cas d’adultère ou les enquêtes de personnalité, nos tarifs sont compris entre 30.000 et 60.000 Fcfa par jour. Si le cas peut prendre plusieurs semaines, on s’entend avec le client sur un forfait qui varie de 20 à 30.000 Fcfa.

Bien que le métier soit peu connu, beaucoup d’Ivoiriens interrogés avouent pouvoir recourir à un détective privé car pour eux la police et la gendarmerie ne sont pas toujours à la hauteur. Mais ils s’imaginent que les services des détectives privés ne sont pas à la portée de tout le monde et sont plutôt réservés à une certaine clientèle plus ou moins nantie. Toute chose que récuse John : « Nos prix sont adaptés à la situation socio-économique du pays. Si la mission est simple comme dans les cas d’adultère ou les enquêtes de personnalité, nos tarifs sont compris entre 30.000 et 60.000 Fcfa par jour. Si le cas peut prendre plusieurs semaines, on s’entend avec le client sur un forfait qui varie de 20 à 30.000 Fcfa. Les frais de missions sont payés à l’avance pour nous permettre de louer des véhicules, car on ne fait pas de filature avec nos propres véhicules, et aussi pour avoir de l’argent de poche. Les honoraires sont payés après le boulot ».

Selon John, le métier n’est pas dangereux, si le travail est bien fait, si le détective se comporte correctement, s’il ne se met pas au-dessus de la loi, s’il n’empiète pas sur les libertés des gens. D’autant plus que l’environnement dans lequel il exerce ne lui est pas favorable.

Il y a un vide de loi au sujet du métier de détective privé. Il y a des zones interdites. Nous faisons des rapports qui ne sont pas reconnus devant les tribunaux. Nous sommes obligés de faire authentifier nos rapports par un huissier.
En attendant un projet de loi… 

En Côte d’Ivoire aucune loi n’existe sur la pratique. Un vide juridique qui oblige les professionnels du métier à faire profil bas, à travailler clandestinement. « Il y a un vide de loi au sujet du métier de détective privé. Il y a des zones interdites. Nous faisons des rapports qui ne sont pas reconnus devant les tribunaux. Nous sommes obligés de faire authentifier nos rapports par un huissier », se désole G. Maurice, un détective privé, ancien gendarme, qui a également son numéro sur Internet.

Les qualités d’un détective sont la patience, l’endurance. Il doit être rigoureux, observateur et savoir être discret parce que les clients nous font des confidences qu’ils ne font pas à leurs proches. Un bon détective privé doit pouvoir rapidement donner confiance à quelqu’un.

John également n’est pas très heureux de cette semi-clandestinité. Pour sortir de l’ombre et professionnaliser la profession, lui et d’autres détectives privés travaillent sur un projet de loi : « Nous sommes une dizaine qui travaille en tant que détective privé. Mais je n’en connais que trois qui en ont la formation. Parmi les autres, on compte d’anciens policiers et gendarmes ou encore des personnes qui étaient dans la sécurité privée. On essaie de s’organiser. Car si le métier est règlementé, cela peut profiter à beaucoup de jeunes qui sortent des universités. Nous avons aussi un projet de centre de formation dès qu’on aura l’autorisation du ministère de l’Intérieur », affirme-t-il.

En attendant que cela soit fait, il insiste sur la déontologie personnelle dans l’exercice du métier. « Les qualités d’un détective sont la patience, l’endurance. Il doit être rigoureux, observateur et savoir être discret parce que les clients nous font des confidences qu’ils ne font pas à leurs proches. Un bon détective privé doit pouvoir rapidement donner confiance à quelqu’un ».


Kaeli Jean François

Rédaction