Etre chausseur : un passe temps pour les uns, opportunité d’affaire pour les autres.

Etre chausseur : un passe temps pour les uns, opportunité d’affaire pour les autres.

A quelque encablure du carrefour feu de Faya, à Cocody-riviera à Abidjan en Côte d’Ivoire, se trouve la ‘’Maison du Bottier’’, un atelier de fabrication et de réparation de chaussures. Tizier Stéphane, propriétaire de l’atelier, nous ouvre ses portes.

 « C’est un métier qui nourri son homme. C’est avec ce travail que j’arrive à prendre ma famille, constituée de deux enfants et de ma femme, en charge depuis bien des années. Mon chiffre d’affaire est dans l’ordre de 1 100 000 FCFA par mois, avec seulement trois ateliers que je possède dans différents quartiers d’Abidjan. Beaucoup de mes amis s’étonnent de réaliser que c’est ce métier que je fais pour pouvoir atteindre le niveau de vie que j’ai aujourd’hui ».


« Les jeunes ivoiriens sabotent le métier de la cordonnerie, pour eux c’est un métier dévalorisant et ils le pratiquent le plus souvent pour juste un passe temps »

07807892


Rédaction