image Face aux métiers du futur, une nécessaire réforme du système éducatif

Université d'État Lomonossov de Moscou


Russie

Face aux métiers du futur, une nécessaire réforme du système éducatif

Face aux métiers du futur, une nécessaire réforme du système éducatif

De nombreuses professions deviennent obsolètes et le système éducatif actuel peine à transmettre les compétences requises pour exercer les nouveaux métiers. Ivan Ninenko, pédagogue et expert du programme Global Education Futures, est l'un des auteurs du rapport rédigé pour le mouvement WorldSkills. Il explique les défis de notre époque et évoque les métiers porteurs au XXIe siècle.

« En Russie et dans le monde entier sont organisés des championnats autour d'aptitudes diverses et variées, du changement de plomberie à la cuisine en passant par la soudure complexe et la construction de robots. Mais la plupart des approches de ces aptitudes se sont formées au XXe siècle. Aujourd'hui il est évident que l'organisation de la production et l'économie même ont significativement changé et continueront d'évoluer rapidement. Les emplois changent à cause de la numérisation, de l'automatisation et de la robotisation. Les compétences sollicitées évoluent également, tout comme l'organisation des entreprises : de moins en moins d'employés sont isolés des autres et même pour un travail à distance des contacts sociaux permanents sont nécessaires. Le système de production et d'interaction avec les consommateurs change également.

Les emplois changent à cause de la numérisation, de l'automatisation et de la robotisation.

Il est important de tenir compte de la productivité du travail. Le problème ne réside pas uniquement dans la disparition de certains métiers mais également dans le manque de places vacantes dans les entreprises dans la mesure où le personnel peut remplir une quantité de travail toujours plus grande. C'est pourquoi il faut miser non pas sur les compétences étroites dans une activité concrète mais sur ce qui peut être utilisé dans différents milieux et différentes situations. L'individu doit avec une certaine «base» et être prêt à apprendre et à se reconvertir rapidement. Le noyau de l'éducation, que nous devons obtenir aujourd'hui à l'école, au lycée ou à l'université : c'est les bases de la vie.

L'un des modèles les plus intéressants est le travail dans la réalité virtuelle. C'est important, par exemple, dans l'enseignement de la chimie. Il est difficile d'équiper toutes les écoles de laboratoires. Il est plus simple de financer la création d'un laboratoire virtuel et tous les enfants pourront organiser des expériences.

Il faut miser non pas sur les compétences étroites dans une activité concrète mais sur ce qui peut être utilisé dans différents milieux et différentes situations. L'individu doit avec une certaine «base» et être prêt à apprendre et à se reconvertir rapidement.

Nous déplaçons l'accent des connaissances transmises par l'enseignant et les manuels sur les compétences que l'élève doit avoir à la fin de sa scolarité. Les compétences sont les aptitudes que je peux utiliser dans le contexte d'une motivation normale. Dans l'éducation du XXe siècle beaucoup de choses sont liées avant tout à la transmission des connaissances. Il est difficile de savoir si elles conduisent à l'apparition d'aptitudes dans le cas concret de chaque étudiant. Un grand problème se pose car il n'est possible d'évaluer si la personne a appliqué ses compétences que dans le cadre d'une activité.

Dans l'ensemble, dans le système éducatif il n'y a pas encore de place pour mettre en application ses compétences. Pendant les cours j'écoute, pendant les séminaires j'écoute et je résous des problèmes. Je fais mes devoirs à la maison. En réalité l'approche de la compétence n'est appliquée nulle part, en Occident la situation est proche de la Russie. On peut se rassurer en se donnant l'illusion de pouvoir «anticiper les compétences que recevront mes étudiants». Mais, comme m'a dit un collègue, la seule compétence dont on peut être certain est celle de réussir l'examen dans sa matière.

Source : Sputnik.fr

Source externe