image Menacés, à risque, sous tension... Les métiers tels qu'ils se présentent aujourd'hui

Menacés, à risque, sous tension... Les métiers tels qu'ils se présentent aujourd'hui

L’univers des métiers offre à la conscience contemporaine le spectacle étonnant de fluctuations infinies dans des directions parfois inattendues. La mondialisation n’est certes pas étrangère au phénomène. Mais les réalités locales pèsent de leurs poids sur les configurations de nos cartographies de métiers. La conjonction de facteurs multiformes vient donc donner une forme spécifique aux métiers exercés en un lieu ou une entreprise donnés. Un inventaire des grandes catégories associées aux redéfinitions des métiers s’impose. Il présenterait l’inestimable avantage d’une orientation bénéfique de ceux que le marché de l’emploi déroute par ses méandres et autres chemins sinueux.

Aux métiers menacés et à risques s’ajoutent les métiers exposés à des tensions singulières. Ces métiers-là ont des postes non pourvus. On sait que dans telle entreprise, le besoin est grand d’avoir un technicien formé et compétent sur tel segment de la chaîne de production ou de commandement. Mais où les trouver ? Puis il faut songer aux métiers qui, en l’état actuel des besoins et ressources, doivent faire leur mue.

Commençons par un exemple. Hier, on parlait d’écrivain public. Aujourd’hui, qui pense encore à ces messieurs et dames assis aux abords des routes et que des analphabètes allaient voir pour leur écrire lettre ? Ce métier, menacé d’extinction, a maintenant disparu, absorbé par la puissance de compétences modernes. Dans d’autres cas, il peut simplement s’agir de transfert de compétences entre générations. Ce qui semble aller de soi n’est pas si évident qu’il n’y paraît. Tel ouvrier manque de relève pour transmettre ses savoirs. Pour mille et une raisons, il ne trouve personne qui s’intéresse vraiment à son métier pour l’apprendre. C’est un métier sur lequel pèse un risque véritable. Aux métiers menacés et à risques s’ajoutent les métiers exposés à des tensions singulières. Ces métiers-là ont des postes non pourvus. On sait que dans telle entreprise, le besoin est grand d’avoir un technicien formé et compétent sur tel segment de la chaîne de production ou de commandement. Mais où les trouver ? Puis il faut songer aux métiers qui, en l’état actuel des besoins et ressources, doivent faire leur mue. La secrétaire d’hier faisait de la sténographie pour se distinguer de ses consœurs. Mais la profession a évolué, les attentes se sont diversifiées, la secrétaire est aujourd’hui davantage dans la peau d’une assistante de direction. Le contenu des missions a évolué. Et la profession de secrétaire fait l’objet d’une réflexion approfondie pour s’adapter aux attentes des managers, partenaires et clients des entreprises. Enfin, il est des métiers qu’on devine… A l’avenir, il faudra bien les pratiquer.

Les présentes colonnes se proposent d’explorer cet univers des métiers. Avec ce qu’ils sont de curieux ou de prometteur. Avec leurs forces et faiblesses, promesses et satisfactions. Nous nous interrogerons souvent. Ce métier-ci est-il menacé, en tension ou à risques ? Subit-il des transformations ou faudra-t-il l’envisager pour l’avenir ? La réflexion est lancée. Avec l’espoir de servir pour le mieux les intérêts de tous et de chacun.


SYTA